NEWS
01/31/2012 09:35 EST | Updated 04/01/2012 05:12 EDT

La Chine "préoccupée" après l'enlèvement de 29 de ses ressortissants au Soudan

Le ministère chinois des Affaires étrangères a convoqué mardi un haut diplomate soudanais pour exprimer sa grande "préoccupation" après l'enlèvement de 29 travailleurs chinois dans une région du Soudan en proie à l'instabilité.

La Chine espère que le Soudan "gardera à l'esprit la situation globale de l'amitié bilatérale" entre les deux pays et obtiendra la libération rapide des otages, a déclaré le vice-ministre chinois des Affaires étrangères Xie Hangsheng au chargé d'affaires soudanais Omer Eisa Ahmed, selon un communiqué mis en ligne sur le site du ministère.

"Le gouvernement chinois attache une grande importance à la protection des ressortissants chinois à l'étranger. Nous avons été profondément choqués par cet enlèvement et sommes très préoccupés pour la sécurité des 29 Chinois", a également déclaré M. Xie. De son côté, M. Ahmed a assuré Pékin du plein soutien de Khartoum dans ce dossier, selon le communiqué.

Les 29 travailleurs chinois ont été enlevés samedi dans la province du Sud-Kordofan. Les médias officiels soudanais ont annoncé lundi que 14 avaient été libérés, mais l'agence de presse officielle Chine Nouvelle et le quotidien "China Daily" ont affirmé que les 29 étaient toujours retenus en otages.

La convocation du chargé d'affaires est un rare signe de tension entre la Chine et son allié soudanais, avec qui Pékin entretient des relations politiques et économiques. Elle intervient après l'envoi un peu plus tôt mardi d'un groupe d'experts chinois de la sécurité pour aider les opérations de secours.

La société Sinohydro, qui emploie les travailleurs enlevés, assure dans un communiqué qu'elle "ne ménagera aucun effort pour garantir la sécurité personnelle des kidnappés et les secourir".

Selon Chine Nouvelle, 47 travailleurs chinois ont été pris dans l'attaque de samedi. L'agence précise que sur les 18 qui ont réussi à fuir, un reste porté disparu. L'agence officielle soudanaise SUNA a précisé pour sa part que l'attaque avait eu lieu près d'Abbasiy, à 630 km au sud de Khartoum.

Les autorités soudanaises ont imputé l'attaque à la branche Nord du Mouvement populaire de libération du Soudan (SPLM-N), un mouvement rebelle.

La Chine compte un grand nombre de travailleurs dans des régions potentiellement instables, comme le Soudan. Pékin avait dû l'an dernier dépêcher des navires et des avions pour faciliter l'évacuation d'urgence de 30.000 de ses ressortissants en Libye.

Alliée du Soudan, la Chine utilise régulièrement son influence sur la scène internationale pour défendre le régime de Khartoum. Les Chinois ont également réalisé de gros investissements dans le secteur pétrolier soudanais. AP

lma/v344