NEWS
02/07/2012 10:57 EST | Updated 04/08/2012 05:12 EDT

Apparence physique: les garçons aussi sont préoccupés par leur poids

MONTRÉAL - Les jeunes femmes ne sont pas les seules à se préoccuper de leur tour de taille et de leur allure au point de développer des problèmes de santé sérieux.

L'organisme de soutien Jeunesse, J'écoute a récemment noté une augmentation du nombre de garçons inquiets de leur image corporelle qui font appel à ses services, selon Alain Johnson, directeur des services cliniques au sein de l'organisme.

«Au quotidien, les intervenants à Jeunesse, J'écoute voient une augmentation des appels faits par des jeunes adolescents. Ça vient confirmer que les gars ne sont pas exclus de cette pression-là», explique-t-il.

Selon lui, l'intimidation basée sur le poids ou l'apparence physique peut avoir des effets dévastateurs sur un jeune en développement. Alors que les troubles alimentaires étaient auparavant associés à la gente féminine, ces problèmes touchent maintenant plusieurs garçons.

Au Québec, un garçon sur quatre fait l'objet de moqueries à l'école en raison de son poids, contre un peu moins d'une adolescente sur trois, selon une étude réalisée en 2003. Ces blagues de mauvais goût seraient aussi présentes à la maison, mais dans une proportion un peu moindre.

«Que ce soit à l'école ou dans les équipes sportives, souvent l'apparence physique est l'une des premières raisons qui font qu'un jeune va se faire harceler, qu'un jeune va être rejeté ou qu'il va être intimidé», affirme M. Johnson.

Les problèmes liés à l'image corporelle commencent surtout à l'adolescence, selon le directeur des services cliniques. Il s'agit d'une période de la vie où le corps change rapidement, mais à un rythme différent pour chaque individu.

«On peut se développer plus vite, moins vite que les autres jeunes, affirme-t-il. Tous les adolescents ont besoin d'appartenir à un groupe. Alors évidemment si je suis plus petit ou plus grand, plus développé ou moins développé, ça a un impact sur l'adhésion au groupe.»

Selon Cheryl-Lynn Roberts, intervenante professionnelle chez Jeunesse, J'écoute, les parents peuvent adopter des mesures simples pour appuyer le sain développement de leur adolescent, garçon ou fille. Par exemple, ils ne devraient pas eux-mêmes transformer leur tour de taille en obsession et devraient s'informer du message véhiculé par les activités sportives pratiquées par leur enfant.

Jeunesse, J'écoute gère une centre de soutien par téléphone destiné aux jeunes adultes, aux adolescents et aux enfants. Le service est gratuit, anonyme et confidentiel.