NEWS
02/08/2012 10:40 EST | Updated 04/09/2012 05:12 EDT

Costa Concordia: un avocat américain veut poursuivre la compagnie

ROME - Un avocat américain représentant des survivants du naufrage du Costa Concordia a affirmé, mercredi, qu'il souhaite provoquer des changements aux lois maritimes et aux technologies afin que l'industrie du paquebot de croisière soit plus sécuritaire.

John Arthur Eaves fils a révélé qu'il compte intenter une poursuite contre la compagnie floridienne Carnival Corp., la société mère de Costa Crociere, l'entreprise italienne dont le navire a percuté un récif près d'une île de la Toscane, le 13 janvier. Au moins 17 personnes ont perdu la vie dans le naufrage et 15 autres sont toujours portées disparues.

L'avocat a affirmé que ses 70 clients, provenant des États-Unis, de l'Italie, de l'Allemagne, de la Grande-Bretagne, de la Russie et de la Suisse, souhaitent poursuivre Carnival.

Me Eaves, qui a tenté d'être élu au poste de gouverneur du Mississippi, en 2007, fait partie des avocats ayant obtenu une compensation de près de 2 millions $, en 2000, pour les familles de 20 personnes tuées en Italie lorsqu'un avion de l'armée américaine a tranché le cable retenant un cabine de remonte-pente.

Le capitaine du Costa Concordia, Francesco Schettino, a été mis en arrestation en Italie. Il est accusé d'avoir abandonné le navire et d'avoir causé le naufrage, notamment.

Selon Me Eaves, le rôle du capitaine a attiré trop d'attention. Il a expliqué que certains membres d'équipage auraient tardé à avertir les passagers de la nature de l'accident.

«Le capitaine n'est pas le seul responsable», a lancé Me Eaves. Selon lui, «l'entière industrie des croisières» doit être pointée du doigt.

«Nous savons que le capitaine a fait des erreurs, mais pourquoi les a-t-il faites?»