NEWS
02/08/2012 04:00 EST | Updated 04/09/2012 05:12 EDT

Le style de Louis Leblanc rappelle celui d'un jeune Antoine Vermette

BROSSARD, Qc - Attaquant polyvalent, ayant une excellente compréhension du jeu, fiable en défense, combatif et doté de bonnes aptitudes à l'attaque, Louis Leblanc fait de plus en plus penser à un jeune Antoine Vermette par son style.

Même son coup de patins et son maniement de rondelle rappellent celui de l'attaquant québécois des Blue Jackets de Columbus.

Le principal intéressé, qui lance de la droite contrairement à Vermette, trouve la comparaison flatteuse... et appropriée!

«C'est la première fois qu'on me l'apporte, mais ce n'est pas bête. Même que plus j'y pense, plus je la trouve bonne», a affirmé l'attaquant recrue du Canadien, mercredi.

«C'est le genre de modèle que j'aime et le type de joueur que je veux être», a-t-il ajouté.

Après avoir eu du mal à s'établir au sein d'un des trios offensifs des Sénateurs d'Ottawa, à ses débuts dans la LNH, Vermette a connu une saison de 24 buts et de 53 points en 2007-08, avant d'être échangé aux Blue Jackets, la saison suivante. Le patineur natif de Saint-Agapit, deuxième choix des Sens en 2000 (55e au total), a amassé 65 points, incluant 27 buts, en 2009-10, mais c'est plus ardu pour lui depuis ce temps.

Le Canadien voit sans doute un peu plus grand pour son premier choix de la séance de repêchage de 2009. Leblanc n'est qu'une recrue et il est difficile de projeter quelle contribution il pourra apporter à l'équipe dans quelques saisons.

Mais ce que l'athlète natif de Pointe-Claire montre jusqu'à maintenant cette saison est fort prometteur. Surtout après avoir récupéré d'une opération à une épaule, avant d'amorcer sa saison.

«Il a été quelque peu retardé dans sa progression, a relevé l'entraîneur Randy Cunneyworth. Nous l'aurions vu offrir des performances semblables plus tôt, n'eut été de sa blessure.

«Il va continuer de s'améliorer parce qu'il va acquérir de la maturité physique et se renforcer, tout en affichant plus de confiance.

«On voit à son deuxième séjour avec nous qu'il joue avec plus de confiance, a-t-il poursuivi. Il est actif sur la glace et préconise une approche plus directe dans ce qu'il tente de faire. Il apprend vite. C'est un joueur fiable qui possède de belles aptitudes. Il doit continuer de les faire fructifier.»

En 18 matchs, Leblanc a trois buts et quatre passes à son dossier, en plus d'un différentiel de plus-4 en défense. Il a décoché 23 tirs, quatre uniquement mardi dans la victoire de 3-2 contre les Penguins de Pittsburgh, et écopé cinq pénalités mineures.

Leblanc ne sait pas pendant combien de temps encore il va rester chez le Canadien. Peu importe, il est satisfait du chemin qu'il a parcouru au cours de la dernière année.

Il y a un an, il évoluait dans les rangs juniors avec le Junior de Verdun, à l'ombre du Centre Bell.

«Il m'arrive d'y penser en allant au lit le soir, a-t-il avoué. C'est comme un rêve.»

Un rêve qu'il vit bien éveillé parce qu'il veut continuer d'apprendre des meilleurs.

«Je veux m'établir comme un joueur complet qu'on peut utiliser à toutes les sauces. J'apprends à garder les choses simples», a-t-il résumé.

Les vétérans Mathieu Darche et Erik Cole exercent une influence positive sur le jeune. Ce sont les noms qu'il mentionne quand on lui demande quels sont les coéquipiers qui l'aident le plus.