NEWS
02/08/2012 05:20 EST | Updated 04/09/2012 05:12 EDT

Les autorités européennes réclament des inspections sur tous les Airbus A380

BERLIN - L'Agence européenne de la sécurité aérienne réclame que des inspections soient effectuées sur tous les avions Airbus A380 car des fissures ont été décelées sur certaines composantes des ailes.

Cet avis fait suite à un récent appel à l'inspection d'environ le tiers de la flotte de ces immenses appareils commerciaux. Le mois dernier, la directive de l'Agence suggérait une inspection visuelle approfondie des pièces suspectes sur les 20 appareils qui comptaient alors le plus d'heures de vol.

L'Agence a ordonné mercredi l'inspection des 68 avions très gros porteurs Airbus A380 actuellement en service dans le monde.

La directive de navigabilité de l'AESA précise que les appareils ayant accumulé le plus grand nombre d'heures de vol devront être examinés dans les trois semaines à compter du 13 février.

L'Agence avait réclamé dans un premier temps, en janvier, une inspection «détaillée» de vingt A380 et a décidé de l'étendre à l'ensemble de la flotte en circulation, soit 68 appareils en service dans sept compagnies, dont Emirates, Singapore Airlines et Air France.

Non détectées et réparées, des criques — fissures, selon la terminologie aéronautique — peuvent «potentiellement affecter l'intégrité structurale de l'avion», note l'AESA.

À l'annonce de la nouvelle directive, Airbus a déclaré mercredi qu'il «confirmait et maintenait que la sécurité des vols n'était pas affectée».

Selon un porte-parole de l'avionneur européen, les fissures constatées sur la voilure des A380 concernent de petites «attaches liant les nervures aux panneaux des ailes».

«Dans un petit nombre d'attaches, moins de dix, nous avons constaté des fissures sur la partie verticale», a expliqué le porte-parole à l'Associated Press. Ces fissures, a-t-il ajouté, «proviennent du processus d'assemblage de la zone centrale de l'aile, combiné à l'utilisation d'un type particulier d'aluminium et au stress induit par le serrage des pièces».

«L'ensemble de ces trois éléments est à l'origine de l'apparition des fissures. Les avions déjà livrés ayant été fabriqués de la même façon, vont tous rencontrer le même problème», selon le porte-parole.

Airbus, indique-t-il, a mis en place «un calendrier programmant l'inspection et la réparation des appareils qui approchent les 1300 cycles de vol, ce qui représente environ deux ans de service. Les opérateurs ont ainsi la possibilité de planifier cette inspection obligatoire».

Les avions comptant entre 1216 et 1384 cycles de vol seront examinés dans les six semaines. Quant aux avions les plus récents, qui comptent moins de 1216 cycles, il seront inspectés en franchissant la barre des 1300. Un cycle représente un décollage, la pressurisation de l'avion et l'atterrissage.

Les 30 nouveaux A380 qu'Airbus va livrer en 2012 seront également inspectés. L'avionneur est en «train de changer le processus d'assemblage de la partie de l'aile concernée par les fissures afin que les futures ailes ne rencontrent plus ce problème». «En parallèle, dès l'été nous mettrons en place une modification permanente sur l'ensemble de la flotte A380 déjà fabriquée», a-t-on ajouté.

Plus gros avion civil du monde, l'A380 est un quadriréacteur long courrier, très gros porteur à double pont. En service commercial depuis octobre 2007, il peut transporter de 525 à 800 passagers selon les configurations.