NEWS
02/08/2012 04:59 EST | Updated 04/09/2012 05:12 EDT

Les victoires de Santorum montrent la faiblesse de Romney chez les conservateurs

WASHINGTON - Les victoires éclatantes de Rick Santorum au Minnesota, au Missouri et au Colorado, mardi, marquent ses meilleures performances depuis le début de la course à l'investiture républicaines — et les pires de Mitt Romney.

Les défaites du très organisé et financé Mitt Romney ont rappelé son incapacité à rallier le vote du mouvement conservateur, à la base du parti.

Il reste à voir si M. Santorum, qui reste un candidat négligé, sera capable d'utiliser l'élan obtenu mardi afin d'obtenir les millions de dollars nécessaires pour renverser le richissime Romney et devenir l'adversaire du président Barack Obama lors de la présidentielle de novembre prochain.

M. Santorum a indiqué que sa campagne a récolté 125 000 $ en ligne mardi soir. Il a aussi estimé, sur les ondes de CNN, que si l'argent faisait la différence, il n'aurait pas remporté la faveur dans quatre États jusqu'à maintenant.

M. Santorum, un ancien sénateur de la Pennsylvanie, a accusé M. Romney, un ancien gouverneur du Massachusetts, d'être trop modéré pour satisfaire les républicains les plus conservateurs et leur désir d'empêcher M. Obama d'obtenir un second mandat. Les tenants de la droite conservatrice morale doutent de M. Romney en raison de ses prises de position passées sur le droit à l'avortement et le droit des homosexuels, notamment.

Les rebondissements de mardi sont survenus alors que plusieurs conservateurs commençaient à soutenir M. Romney, dans l'espoir que la course à l'investiture se termine rapidement.

Maintenant, la bataille risque d'être âpre jusqu'au 6 mars, alors que les républicains de 10 États se prononceront, une journée surnommée le «Super Mardi».

Jusqu'ici, Mitt Romney a obtenu la faveur de 107 délégués tandis que Rick Santorum a en 69. Newt Gingrich arrive en troisième place avec 32 délégués, suivi de Ron Paul avec neuf.

Mais la primaire de mardi au Missouri ne permettait pas d'envoyer des délégués à la convention républicaine, puisque ceux-ci seront choisis dans des caucus qui se tiendront le mois prochain.