NEWS
02/08/2012 06:50 EST | Updated 04/09/2012 05:12 EDT

Maldives: Des alliés de l'ex-président réclament son retour au pouvoir

MALÉ, Maldives - Des partisans de l'ancien président des Maldives ont manifesté dans les rues de la capitale et pris le contrôle de quelques postes de police mercredi afin d'exiger le retour de leur leader alors que le nouveau chef de l'État insulaire de l'océan Indien a lancé un appel un calme.

Selon ses alliés, l'ex-président Mohamed Nasheed, le premier à avoir été démocratiquement élu, et d'autres hauts dirigeants de son parti ont été battus par les forces de l'ordre lors de la manifestation à Malé.

M. Nasheed a démissionné mardi après que la police et l'armée eurent joint le mouvement de contestation qui ébranlait depuis des mois son gouvernement, blâmé pour l'augmentation du coût de la vie et ses politiques jugées trop progressistes par ses détracteurs.

Tard mercredi soir, le porte-parole des forces de l'ordre, Ahmed Shyam, a indiqué que des partisans de l'ancien président s'étaient emparés de certains postes de police mais que les plus importants étaient demeurés sous le contrôle des autorités.

Des résidants ont raconté aux journalistes locaux qu'environ 10 postes situés sur de petites îles étaient tombés aux mains des manifestants. Les Maldives sont constituées de quelque 1200 îles dont certaines ne comptent qu'une centaine d'habitants.

La police a précisé qu'elle avait arrêté 49 personnes.

Mercredi, Mohamed Nasheed a déclaré qu'il avait été forcé de quitter son poste à la pointe du fusil et a promis de se battre pour retrouver ses fonctions. Son parti a affirmé qu'il avait été chassé du pouvoir par des éléments dissidents au sein des forces de l'ordre et des fidèles de l'ex-dictateur du pays, que M. Nasheed a défait lors des premières élections pluripartites des Maldives en 2008.

D'autres ont accusé des islamistes, qui ont milité pour que le pays musulman instaure des politiques plus conservatrices, d'être responsables de la situation.

Le nouveau président, Mohammed Waheed Hassan, a démenti les allégations de coup d'État contre son prédécesseur. Celui qui était vice-président sous M. Nasheed a soutenu qu'il n'avait pas comploté pour prendre le pouvoir et a appelé à la formation d'un gouvernement de coalition afin d'aider le pays à se remettre des récents événements.

Une délégation de l'ONU doit se rendre aux Maldives d'ici la fin de la semaine.