NEWS
02/08/2012 10:00 EST | Updated 04/09/2012 05:12 EDT

Un avocat appuie les changements à la loi sur la légitime défense

OTTAWA - L'avocat d'un Ontarien qui a été accusé après avoir tiré une balle pour effrayer des individus qui semblaient vouloir incendier sa résidence affirme que les changements à la loi sur la légitime défense proposés par le ministre de la Justice Rob Nicholson constituent un pas dans la bonne direction.

Cette semaine en comité, M. Nicholson a convenu que le fait de tirer un coup de semonce au-dessus de la tête d'un voleur ou d'un intrus serait considéré comme de la légitime défense, en vertu de la nouvelle loi.

Cette réponse à une question posée par un collègue conservateur de l'Alberta a fait rouspéter les néo-démocrates et les libéraux, s'est attirée une réaction tiède de la part du président de l'Association canadienne des policiers et a suscité l'inquiétude au sein de l'Association du Barreau canadien.

Mais l'avocat Edward Burlew, qui s'est occupé de plusieurs causes impliquant des armes à feu, a estimé que la modification à loi ne ferait que refléter certaines circonstances.

Il a ajouté qu'il n'est pas toujours possible de contacter les policiers à temps, lors d'incidents qui se déroulent rapidement.

Me Burlew représente Ian Thompson, un résidant de Port Colborne en Ontario, qui a été accusé en 2010 après que des voisins se soient présentés à son domicile avec des cocktails molotov, en raison d'une dispute. M. Thompson, un ancien instructeur de tir, est alors sorti de sa maison et a tiré trois fois, une fois vers le sol et deux fois vers la cime des arbres, afin d'effrayer les assaillants.

Les accusations d'utilisation négligente d'une arme à feu ont été abandonnées en 2011, mais M. Thompson fait toujours face à deux accusations liées à l'entreposage des armes.

«Je ne crois pas que le procureur dirait 'gardez votre fusil sorti et prêt à tirer, juste au cas'. Nous avons encore des lois sur l'entreposage sécuritaire des armes», a lancé Me Burlew.