NEWS
11/22/2016 18:01 EST | Updated 11/23/2017 00:12 EST

Ronaldo et le Real qualifiés pour les 8es de finale

Le Real Madrid pourra s'octroyer la première place du groupe F alors qu'il affrontera Dortmund, le 7 décembre, au dernier jour du tour préliminaire.

Avant la « finale » du groupe au Santiago Bernabeu, les hommes de Zinédine Zidane comptent 11 points, comparativement à 13 pour Dortmund qui a signé sa 4e victoire en cinq matchs de C1, 8-4 devant Legia Varsovie mardi.

Le Real a ouvert la marque grâce à la réussite du défenseur Raphaël Varane (29e minute) avant le but de la victoire signé par un autre Français, Karim Benzema (87e).

Adrien Silva a marqué sur penalty pour le Sporting.

Une fausse note dans le camp madrilène. L'attaquant Gareth Bale, blessé à la cheville droite, est sorti au bout d'à peine une heure de jeu.

Cette blessure arrive au pire moment pour le Real Madrid, à seulement onze jours du clasico contre le FC Barcelone.

Bale était en grande forme ces dernières semaines après avoir prolongé son contrat jusqu'en 2022 avec le Real.

En fonction de la gravité de sa blessure, Bale risque également de manquer la réception du Borussia Dortmund, le 7 décembre, ainsi qu'éventuellement la Coupe du monde des clubs organisée en décembre au Japon.

Une première participation

Après avoir été sacré champion d'Angleterre à la surprise générale la saison passée, Leicester s'est qualifié pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions grâce à sa victoire (2-1) contre Bruges mardi.

Les « Foxes », avec 13 points, sont même assurés de terminer premiers du groupe G en raison du match nul (0-0) entre Copenhague (6 pts) et Porto (8 pts).

Ils ont dominé les Belges, derniers du groupe avec désormais cinq défaites en cinq journées.

Si les hommes de Claudio Ranieri s'éclatent sur la scène européenne avec quatre victoires et un match nul, ils sont complètement largués en Premier League.

Seulement 14e, les champions d'Angleterre n'ont gagné que trois fois depuis le début de la saison et flirtent avec la zone rouge. Ils n'ont que deux points d'avance sur le premier relégable, Hull.

Ses vedettes d'attaque n'y arrivent plus. Jamie Vardy n'a plus marqué en club depuis treize matches et Riyad Mahrez n'a lui inscrit que deux buts en championnat... sur penalty.

Une autre statistique fait froid dans le dos dans les Midlands de l'Est : Leicester compte plus de points après cinq soirées de Ligue des champions (13) qu'après douze journées de Premier League (12).

Alors en attendant de retrouver un peu d'allant domestique, les Foxes continuent d'écrire leur « conte de fées », comme l'aime à le décrire Ranieri, au niveau européen cette fois.

« Nous avons fait quelque chose de spécial la saison passée et nous sommes en train de réaliser quelque chose de spécial en C1 », avait estimé le technicien italien cette semaine.

Il a ainsi rappelé que son club disputait cette saison la première campagne de Ligue des champions de son histoire.

La Juve corrige Séville

La Juventus de Turin, en supériorité numérique pendant une heure, a renversé Séville 3 à 1 grâce à Leonardo Bonucci, se qualifiant pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions.

Elle a du coup dépassé le club andalou en tête du groupe H avant l'ultime journée.

Les Sévillans ont longtemps résisté mais ils ont fini par craquer, après avoir lancé le débat sur une volée de Nico Pareja (9e).

Ils ont commencé à souffrir avec l'exclusion de Franco « Mudo » Vazquez à la 36e minute.

Puis, Bonucci a fait la différence en obtenant un penalty généreux pour un tirage de maillot de Gabriel Mercado, ce qui a permis à Claudio Marchisio d'égaliser (45e+2).

Et le défenseur turinois a donné la victoire à la Juve d'une frappe rasante à la 84e minute, avant que Mario Mandzukic ne scelle le match en contre-attaque (90e+4).

Ce succès permet à la Juventus (1re, 11 pts) de s'assurer un billet pour les huitièmes au printemps, tout en doublant le Séville FC (2e, 10 pts) en tête.

La première place du groupe tend les bras aux Turinois avant la réception du modeste Dinamo Zagreb (0 pt) lors de la dernière journée.

A l'inverse, Séville peut s'en vouloir.

Un nul aurait qualifié les hommes de Jorge Sampaoli, qui se retrouvent contraints d'aller chercher leur qualification à Lyon (3e, 7 pts) dans deux semaines, sachant qu'une défaite par deux buts d'écart en France les condamnera à la 3e place.

C'est un rude scénario pour les Andalous et une vraie satisfaction pour les Turinois, qui souhaitent plus que tout être têtes de série pour éviter de revivre le traumatisme subi la saison dernière, avec un huitième fatal contre le Bayern Munich (2-2, 4-2 a.p.).

Lyon garde espoir

La petite victoire de l'Olympique lyonnais sur le terrain du Dinamo Zagreb mardi (0-10), lui offre une chance inespérée de continuer son parcours en huitièmes de finale.

Le match à domicile contre le FC Séville le 7 décembre, sera donc une finale dans ce groupe H, « un match extraordinaire », comme le disait l'entraîneur Bruno Génésio après la rencontre.

Une victoire par plus d'un but d'écart (les Français avaient perdu 1-0 à l'aller), et Lyon retrouvera les huitièmes de finale pour la première fois depuis la saison 2011-2012.

La tâche sera difficile. Mais la perspective d'une qualification semblait si douteuse avant cette cinquième journée, entamée avec six points de retard sur Séville, que les Lyonnais peuvent être satisfaits.

Pour rêver, il fallait l'emporter et compter sur une performance de la Juventus de Turin en Espagne.

Les Italiens, qualifiés, ont rempli leur part du contrat (1-3). Les Lyonnais aussi, même si ce fut petitement.

Le président Jean-Michel Aulas s'était pourtant demandé la veille du match, s'il n'était pas « plus raisonnable » de se contenter d'une troisième place de groupe et « d'envisager l'Europa League », plus en rapport avec l'effectif lyonnais.

Devant le public clairsemé d'un Maksimir en froid avec son équipe, Lyon se mettait au diapason de ce manque d'ambition apparent, sans tranchant face à un Dinamo qui a perdu ses quatre premières rencontres en C1, sans jamais marquer avec seulement... trois tirs cadrés.