NEWS
11/22/2016 18:51 EST | Updated 11/23/2017 00:12 EST

Tarification du carbone : la Saskatchewan de plus en plus isolée

Le ministre des Finances Kevin Doherty a réitéré mardi que le gouvernement saskatchewanais rejetait une taxe sur le carbone, qu’il qualifie d’injuste envers les industries de la province.

La Saskatchewan est de plus en plus isolée en conservant cette position, maintenant que la Nouvelle-Écosse - l'une des trois provinces récalcitrantes - a annoncé qu’elle se plierait à un système de plafonnement et d'échange des droits d'émission de gaz à effet de serre (GES).

Du côté de Terre-Neuve-et-Labrador, aucune annonce concrète concernant la tarification du carbone n'a été faite pour l'heure. Ottawa a, toutefois, récemment accordé une garantie d'emprunt additionnelle de 2,9 milliards de dollars pour un projet de centrale hydroélectrique à Muskrat Falls afin d'aider la province dans sa transition vers des énergies propres.

La Saskatchewan aurait intérêt à établir son propre plan, selon des experts

L’économiste en chef de la Banque Laurentienne, Sébastien Lavoie, croit que la Saskatchewan aurait intérêt à travailler sur son propre plan de lutte contre les changements climatiques. « Si ce n'est pas la province qui le fait, c'est le fédéral qui va le faire pour elle », a-t-il dit.

Le chercheur postdoctoral à l'Université du Michigan sur les politiques environnementales, David Houle, abonde. Selon lui, l’exemple de l’Alberta montre qu’il existe plusieurs façons de limiter les conséquences d’un prix sur le carbone sur l’économie et d’aider les entreprises à faire la transition.

« L’Alberta a adopté une taxe sur le carbone qui va viser le secteur du transport », explique-t-il. « [Ça] permet ainsi de faire des efforts dans l’ensemble de la société et non de viser l'ensemble de l'industrie. »

Avec les informations de Nahila Bendali