NEWS
12/03/2016 17:19 EST | Updated 12/04/2017 00:12 EST

Blizzard de Fermont : avaler les kilomètres pour le hockey

Avoir un enfant qui joue au hockey, ça demande beaucoup de dévouement et d'argent de la part des parents. Imaginez devoir faire de la route pendant 12 heures pour se rendre à un tournoi à Rimouski... C'est ce qu'ont vécu les jeunes hockeyeurs de Fermont, ainsi que leurs parents.

Pour franchir la distance entre leur domicile de Fermont et le Colisée de Rimouski, il faut dix heures en voiture et plus de deux heures de traversier entre Baie-Comeau et Matane.

« C'est long, c'est rough des fois. Le bateau aussi, des fois, c'est long, [mais] ça me dérange pas trop », mentionne Jonathan Pelletier, joueur atome du Blizzard de Fermont.

En général, l'équipe atome joue dans des tournois sur la Côte-Nord, comme à Sept-Îles, Port-Cartier ou Baie-Comeau. Malgré une route, cette fois, particulièrement longue, la magie opère pour de jeunes hockeyeurs comme Thomas Pleau :

C'est pas comme notre ville. À notre ville, la glace est tout petite, mais là, on joue sur une vraie de vraie glace. […] je suis comme dans un rêve.

Thomas Pleau, joueur atome du Blizzard de Fermont

Le dévouement des parents

Les parents de Fermont accompagnent leurs jeunes hockeyeurs dans des tournois comme celui-ci quatre fois par année, en moyenne. Ils ont englouti des centaines de dollars en essence, chambres d'hôtel et repas au restaurant.

L'amour du hockey, l'amour de voir nos enfants se développer, parce que tout le monde se développe à sa façon, selon son rythme. C'est vraiment beau, ça se concrétise!

Mère d’un jeune hockeyeur

Du côté des joueurs de l'équipe midget de Fermont, qui ont entre 15 et 16 ans, ils sont bien conscients que l'entraînement dans un lieu isolé pose son lot de défis.

On est plus isolés que tout le monde, on n’a pas la même sorte d'entraînement, on est comme à part. Quand on descend jouer contre d'autres équipes, c'est là que ça devient sérieux et qu'on peut prouver notre valeur.

Liam Poulin, joueur midget du Blizzard de Fermont

Au total, 70 jeunes hockeyeurs entre 5 et 18 ans pratiquent à Fermont. Il s’agit de la plus petite délégation sur la Côte-Nord.

« C'est sûr que le bassin de population n’est pas énorme. On n’a pas beaucoup de joueurs, mais on fait du mieux qu'on peut, et on les entraîne avec [les] capacités qu'on a. Même dans les régions éloignées, on est capables de faire de bonnes équipe », assure l'entraîneur du Blizzard atome A de Fermont, Simon Gauthier.