NEWS
12/03/2016 13:56 EST | Updated 12/04/2017 00:12 EST

De jeunes Acadiens partagent leurs passions au colloque Equinoxe

Plus de 150 jeunes Acadiens de 22 écoles du Nouveau-Brunswick participent à un important colloque à la polyvalente Louis-J. Robichaud, jusqu'à dimanche après-midi. L'événement est le point de ralliement de jeunes francophones intéressés par la santé et les arts.

Le colloque existe depuis 2012. L’an dernier, l’événement proposait des ateliers sur la diversité sexuelle, l’humour et l’art oratoire.

Cette année, la Fédération des jeunes francophones du Nouveau-Brunswick a choisi d’axer le contenu sur des conférences et ateliers sur les arts de la scène, la santé, la chanson et l’humour.

Les 29 participants au concours « Accros de la chanson » recevront aussi une formation en vue de la demi-finale, qui se tiendra les 10 et 11 février à Caraquet.

La présidente de l’organisme, Sue Duguay, est d’avis que l’événement est un prétexte pour les jeunes d’échanger sur les réalités et les intérêts des jeunes Acadiens.

« Le but est de regrouper nos jeunes de la province qui ont divers intérêts. De jeunes musiciens qui veulent participer aux concours « Accrocs de la chanson » peuvent développer leurs habiletés. Des jeunes nous ont dit qu’ils veulent un volet santé diversifié, ils veulent faire du sport. Nous avons le volet humour qui revient cette année », dit-elle.

Elle ajoute qu’un volet « SPART » intégrant les sports et les arts est aussi très prisée des étudiants.

« Ca mélange des arts un peu moins connu et des sports méconnus, comme le kin ball, la céramique et la photographie. Les jeunes aiment bouger et on le fait d'une façon originale », ajoute-t-elle.

Des préoccupations pour la santé et l’image corporelle

Certains des jeunes rencontrés participent à des ateliers sur la santé et le mieux-être. C’est le cas de François Poirier et de Jeanne Lanteigne, qui souhaite en apprendre davantage sur la gestion du stress au quotidien.

« Tout ce qui touche la santé c’est enrichissant. Nous avons des cours sur la nutrition, l’estime de soi et la gestion du stress. C’est intéressant parce qu’on voit les perceptions des autres sur leur estime personnelle et on apprend à mieux gérer son temps et son stress », dit Jeanne Lanteigne.

D’autres participants envisagent même une carrière dans le domaine de la santé, comme Sébastien LeBel.

« J’aime apprendre de nouvelles choses. J’aimerais être nutritionniste ou chiropraticien et ca nous permet de mieux se connaître et de connaître la réalité d’autres jeunes du Nouveau-Brunswick », dit-il.

L’événement a débuté vendredi et se termine dimanche midi.