NEWS
12/03/2016 16:43 EST | Updated 12/04/2017 00:12 EST

Des manifestants demandent à Québec de réinvestir dans les CPE

Des centaines de manifestants ont déferlé dans les rues de Montréal pour réclamer un réinvestissement massif dans le réseau des centres de la petite enfance (CPE) et ainsi cesser « le saccage de l'apprentissage ».

La manifestation, qui était organisée par la Fédération de la santé et des services sociaux de la CSN (FSSS-CSN), partait du square Saint-Louis, dans le Plateau-Mont-Royal, pour se rendre au bureau du premier ministre Philippe Couillard, dans le centre-ville de la métropole. Une manifestation avait également lieu devant le bureau de circonscription de M. Couillard, à Saint-Félicien, au Lac-Saint-Jean.

L'objectif de ce moyen de pression était de déposer aux bureaux du premier ministre 80 000 cartes postales qui sont signées notamment par des parents et des éducatrices pour dénoncer les coupes des dernières années.

« Ça n'a pas de sens! Surtout qu'on enregistre des surplus [budgétaires]. [...] Il faut opposer le déficit zéro au déficit social. Si le retour à l'équilibre budgétaire, ça laisse des centaines, voire des milliers d'enfants sans services de qualité. On n'est pas plus avancés comme société », a plaidé Jacques Létourneau, président de la CSN.

La CSN déplore les compressions de quelque 300 millions de dollars dans le réseau depuis 2014. Le gouvernement Couillard a récemment réinvesti 30 millions de dollars supplémentaires au mois de novembre, mais « c'est de la poudre aux yeux », selon des intervenants qui ont pris la parole lors du rassemblement.

D'abord, ce montant est trop modeste, mais surtout, il n'est pas récurrent, font-ils valoir.

« Ce n'est pas ça qui va redonner du travail à nos travailleuses. Ce n'est pas ça qui va redonner de la qualité des services aux enfants », a tonné Louise Labrie, représentante du secteur des centres de la petite enfance à la FSSS-CSN.

Les services affectés par les coupes

Plusieurs éducatrices rencontrées sur place ont souligné que les effets des coupes se faisaient ressentir sur les services offerts, même si elles disent se démener pour ne pas que les enfants soient affectés.

« Il a fallu revoir nos menus, notre offre de services sur les activités, l'achat de matériel éducatif. On essaie vraiment de s'assurer qu'il n'y a pas d'impact sur la qualité, mais c'est sûr que si les choses se poursuivent, on n'aura plus de marge de manœuvre », a témoigné une employée de CPE, Julie Ménard.

Les responsables des CPE craignent que cette probable baisse dans la qualité des services incite les parents à se tourner vers le privé. « Beaucoup de responsables en services de garde en milieu familial, ici, comme partout ailleurs dans la province ont peine à combler leurs places et se voient obligés de fermer leur milieu de garde », a soutenu Julie Legault, du Syndicat des responsables en service de garde en milieu familial de l'Outaouais.

Plusieurs syndiqués étaient sur place, mais des parents ont aussi pris part au rassemblement parce qu'ils s'inquiètent pour leurs enfants. « L'avenir, c'est les enfants. Quand on coupe dans les CPE, on coupe dans l'avenir », a tranché Vicky Bellemare.