NEWS
01/11/2017 17:51 EST | Updated 01/12/2018 00:12 EST

« L'Abitibi-Témiscamingue a sa place dans le Plan Nord », dit Guy Bourgeois

Cet outil va permettre aux entrepreneurs de la région de faire connaitre leurs compétences à l'ensemble des entreprises du Québec qui participent au développement du nord. Les entreprises qui souhaitent élaborer des projets seront d’ailleurs accompagnées dans leur processus.

Le directeur du Bureau de commercialisation, Jocelyn Douhéret, estime que la plateforme permettra de sensibiliser les gens à la présence d’activités sur le territoire.

Il se passe des choses sur le territoire du Plan Nord et les entreprises québécoises doivent en bénéficier.

Jocelyn Douhéret

En s'inscrivant à la nouvelle plateforme Internet, les entrepreneurs peuvent savoir immédiatement lorsqu'un appel d'offre est publié. Le nouvel outil numérique est le projet du député d'Abitibi-Est, Guy Bourgeois. Il croit que cet outil va permettre d'augmenter les opportunités des entreprises de la région.

« Je pense que clairement, les entrepreneurs de l'Abitibi-Témiscamingue veulent garder leur place, l'améliorer et s'assurer d'être des joueurs qui vont participer aux projets. Oui il va y avoir d'autres gens d'ailleurs au Québec et c'est le cas actuellement, mais il faut se donner les outils », estime-t-il.

Le directeur associé de Pneu Landriault à Val-d'Or, Marc Montpetit, se spécialise dans le secteur minier et entrevoit que cet outil sera bénéfique. « Définitivement, la plateforme risque d'être intéressante. [C’est important de] se faire connaitre, d’être à l'affût des premiers balbutiements des contrats qui vont être émis », explique-t-il.Démarche impersonnelleLe directeur exploration chez Hecla Québec, Daniel Bernard, salue également cette initiative, mais il ajoute que rien ne vaut une démarche personnalisée avec l'entreprise.

Oui, allez sur la plateforme. Mais faites-vous connaître directement dans les entreprises. On a des gens responsables des achats et ce sont les personnes-clés, c'est important de les connaître.

Daniel Bernard