NEWS
04/02/2017 19:14 EDT | Updated 04/03/2018 01:12 EDT

Agriculture dans le nord: encore du chemin à faire

Du maïs au bison, en passant par le lait de chèvre, les ressources agroalimentaires ne manquent pas dans le nord de l'Ontario. Pourtant, beaucoup de ces ressources demeurent inexploitées.

Un texte de Jean-Loup Doudard

Dans quelques secteurs, les chaînes de production ne sont pas complètes, d’après Peggy Baillie, directrice administrative de Local Organic Food Coops Network, un réseau de coopératives alimentaires ontariennes. Il n’y a pas suffisamment d’usines de transformation des matières premières, dit-elle.

Il y a très peu de moulins à farine dans le nord de l’Ontario. La farine est un aliment de première nécessité alors [les moulins] sont essentiels pour cette chaîne de production.

Peggy Baillie

C’est également le cas de l’exploitation bovine. Le fermier Andrew Gordanier, qui exploite depuis près de deux ans la ferme expérimentale de Kapuskasing, doit envoyer ses vaches à l’abattoir de Ramore, le seul de la région. Avec le temps d’abattage, c’est un aller-retour de plus de 6 heures qui complique son travail.

Nous manquons déjà de personnel alors lorsque quelqu’un doit s’absenter pendant une demi-journée pour aller chercher de la viande, il faut que ça vaille le coup.

Andrew Gordanier, fermier

Selon Peggy Baillie, les consommateurs et les restaurateurs peuvent faire augmenter la demande en choisissant des produits locaux. Il pourrait ainsi y avoir plus de production de la part des agriculteurs et des éleveurs. Opérer un moulin à farine ou un abattoir dans la région pourrait alors devenir très lucratif.

Plus de 200 personnes ont assisté la semaine dernière à un colloque agricole à Kapuskasing afin de s’informer des nouvelles technologies et pratiques. La question de la chaîne agroalimentaire était également au cœur des discussions.