NEWS
04/02/2017 18:40 EDT | Updated 04/03/2018 01:12 EDT

La pêche aux coques : une tradition pour plusieurs Gaspésiens

Si le crabe des neiges suscite l'engouement depuis peu, la cueillette des myes ou pêche aux coques fait courir des Gaspésiens sur les battures ces jours-ci. Cette activité est une tradition pour plusieurs d'entre eux.

La pêche aux coques, comme on dit en Gaspésie, est une activité printanière. Elle demande une bonne paire de bottes de caoutchouc et un instrument en métal pour aller débusquer les coquillages sous le sable, à marée basse.

Plus la mer se retire, plus les pêcheurs se risquent vers le large dans l'espoir d'une pêche miraculeuse.

C’est une tradition pour le pêcheur Jack Roy.

[Je viens] toutes les années, surtout dans le temps de Pâques. Cette année, c'est un peu spécial, on vient avant parce que les glaces sont sorties. Y’a des bonnes marées donc on en profite.

Jack Roy, pêcheur

En ce début d'avril dans la baie des chaleurs, l'eau salée est froide, à moins 1 degré Celcius. Il faut être vêtu adéquatement et avoir les bons outils.

La récolte maximum est de 300 myes par jour. La longueur minimale doit être de 5 cm.

Les amateurs de ce petit mollusque peuvent s'adonner à cette activité à trois endroits en Gaspésie, dans le secteur de Carleton-Saint-Omer, à Port-Daniel et dans le secteur de Gaspé. Au Québec, la pêche commerciale à la mye se déroule sur la Côte-Nord.

D’après le reportage de Pierre Cotton